Archives par mot-clé : San Remo

Ventimiglia – Arma di Taggia

Il est presque neuf heures du matin lorsque nous quittons la voiture, garée au bord de la Roya, à Ventimiglia, pour partir pour notre deuxième étape vers Roma.
Tout d’abord, comme nous n’avons pas pu faire tamponner nos créanciales lors de la fin de notre étape précédente, office du tourisme fermé, églises occupées pour l’office du soir et policiers soupçonneux ne voulant pas y apposer un timbre officiel, nous tentons à nouveau, sans succès, notre chance dans l’église proche de la gare sur la via Cavour.
Tant pis, personne en vue, tour du cloître pour sortir, nouveau passage devant l’office du tourisme fermé à cette heure là et nous filons vers Bordighera. Il fait frais mais beau.
Nous resterons sur la voie Cavour jusqu’à la sortie de Ventimiglia. Si nous avions suivi le lungomare, nous aurions été tenus de revenir vers l’intérieur, et donc la voie Cavour, pour franchir la rivière Nervia. Il est tout à fait possible, en arrivant par le chemin que nous avons suivi l’étape précédente, une fois traversée la rivière Roya (remarquer les marques jacquaires au sol aux angles du pont) de tourner immédiatement à droite et suivre le « lungomare ». Au bout de ce lungomare, prendre à gauche, puis à droite. Rue calme qui permet de rejoindre le pont de la voie de chemin de fer par un escalier en béton et continuer sur Camporosso Mare. Là, tourner droite après le pont qui suit la station service, descendre un peu (repasser sous le chemin de fer) et continuer vers la mer. Au bout de la rue, à gauche , et tout droit en longeant le « lungomare » de Camporosso puis celui de Bordighera. Pas d’autos, que du calme !

1398

 

1400

1402

A la chapelle San Ampelio, qui marque la fin de cette longue promenade piétonne, nous prendrons la SS1, suivant les marques
jacquaires Santiago-Roma, route que nous laisserons pour longer la plage, piège dont nous ne sortirons que par une évacuation d’eaux de pluies qui nous ramènera sur la SS1. Un kilomètre de gagné au prix d’un peu d’exercices et acrobaties.

1403

1406

1407

Nous suivrons la SS1, sur le trottoir de droite, suffisamment large et sur une route au trafic plutôt calme, passant successivement sous le tunnel de sortie de Bordighera, devant le jardin Pallanca et notre première Casa Cantoniera qui nous indique que Rome n’est plus qu’à 679.5 kms !

1410

1411

1412

 

1413

Ce trottoir nous conduira à Ospedaletti, à l’entrée de laquelle nous abandonnerons, par la droite, la SS1 pour entrer dans ce village en longueur, et continuer tantôt par la rue, tantôt par la plage vers l’est.

1417

1421

Il y a bien l’ancienne voie ferrée mais, à cet endroit, elle ne nous est pas d’un grand secours. Retour sur la SS1 pour une bonne demi-heure qui nous conduira, en toute sécurité, sur le trottoir, surplombant la mer, à droite vers l’entrée de San Remo.

1422

Nous trouverons un panneau « al mare » indiqué sur la droite qui descend vers un parking de camping cars et un stade dont nous ferons le tour, puis prendrons l’ancienne voie ferrée

1425

 

1431

1433

1436

que nous suivrons pour traverser la ville sans tracas, puis le port, puis le lungomare pour sortir de l’agglomération.
Tout au bout, une rue remonte sur la SS1 que nous allons suivre pour atteindre Arma di Taggia. Mais, quelques centaines de mètres plus loin, nous retrouvons notre voie ferrée abandonnée. C’est reparti !
Pas d’autos, du soleil et la mer.

 

1440

1441

Comme nous n’avons pas pris de casses-croûtes, espérant trouver un marchand de pâtes en route, nous espérons que les deux établissements que nous voyons sur la plage sont ouverts…
Pas de chance, il nous faudra attendre Arma di Taggia. Nous marchons encore et arrivons à un premier tunnel que nous traversons sans encombre.

1445

qui nous mène à un autre tunnel, mais là, c’est une autre affaire !
Sombre, très sombre. Nous n’avons pas de lampe et, au delà de la lumière du jour, nous ne pouvons plus progresser et devons revenir à la sortie. Il y a, juste avant le tunnel, à gauche du chemin, de nombreuses maisons dont les gardiens à quatre pattes nous ont bien repérés. Pas question de repasser par là pour gagner la route qui est au-dessus à une dizaine de mètres.
Il ne nous reste qu’à grimper, tant bien que mal, un mur de pierre d’environs deux mètres, sac sur le dos et ensuite monter le talus, pour l’essentiel composé d’ordures accumulées et sèches avant de franchir la barrière de sécurité. A cet âge là !
Et nous revoilà sur la route pour quelques centaines de mètres avant d’arriver à Bussana, village précédant Arma di Taggia. Le restaurant sur la gauche au carrefour que j’espérai ouvert ne l’est pas et nous devrons, étant descendus à droite, vers le bord de mer, nous contenter d’autre chose.

1447

Le hasard fait bien les choses. A l’entrée de notre point de destination, il est quasiment 14h00, nous nous décidons pour un restaurant-cabanon dans lequel pour 47 euros nous déjeunerons d’une superbe poisson grillé chacun accompagné de grosses gambas, elles aussi grillées, servis avec quelques poivrons grillés aussi.

1448

1449

1451

1452

Une bouteille de blanc de Gavi et deux cafés. Le propriétaire n’arrive pas à croire que nous arrivons de Ventimiglia, a fortiori que nous allons « a piedi » à Rome et que nous sommes allés par deux fois à Santiago « a piedi » !
Une glace à Arma di Taggia, en marchant au soleil.

1455

L’église est fermée donc pas de possibilité de tampon sur la créanciale. A vrai dire, nous décidons que, désormais, nous demanderons les tampons dans les offices du tourisme. Oublions la police et les églises. La police, contrairement à la police espagnole ne semble pas souhaiter mettre de tampons « officiels » et les églises sont soit vides soit en office quand nous passons.
C’est en prenant le bus, en changeant à San Remo, que nous reviendrons au point de départ. Et de deux !

Eze – Ventimiglia

Il n’y a que le premier pas qui coûte….
Les sacs de 35 litres Osprey achetés aux USA sont prêts. Ils ne contiennent que le nécessaire pour la journée et jouent bien leur rôle de « remplaçants » avant de ressortir les 42 litres Millet destinés aux long parcours qui verront leur tour venir bientôt.
En attendant, nous allons en voiture, rejoindre la gare de Cap d’ail, située à trois kms et demi de chez nous. Nous avons déjà parcouru cette distance à pied, à de maintes reprises et ne souhaitons pas, à l’heure qu’il est, marcher le long du trafic de l’embauche de Monaco sur de tout petits trottoirs. Conscience tranquille.
A la gare de Cap d’ail, nous suivrons le chemin de bord de mer. Magnifique et tranquille. Soleil et calme, idéal pour la marche.

1301

Nous atteindrons le quartier de Fontvieille à Monaco et traversons la Principauté dans le sens de la longueur, passant devant le port de la Condamine et filant vers le quartier du Larvotto.

1304

Nous saluons, au passage, les couleurs monégasques qui flottent au vent !

1307

A l’extrémité est de la Principauté, nous continuerons par le chemin du bord de mer qui nous permettra d’atteindre Roquebrune Cap Martin.

1310

1311

 

1321

Nous traverserons le Cap à sa base, en montant, à gauche, les nombreux escaliers qui rejoignent le parc des Oliviers,

 

1327

remonterons vers la Mairie, pour redescendre sur le bord de mer

 

1336

1338

et longer la promenade de la Mer jusqu’à la frontière italienne.

1346

1348

La frontière passée, nous marcherons sous le tunnel, d’environ 700 mètres, bien bruyant et sale pour déboucher sur la petite baie du restaurant Baia Benjamin. Ajoutons qu’après la frontière, à droite, en longeant la mer, il est possible d’éviter le tunnel. Il n’est pas certain que la remontée au travers des « terres » du restaurant soit bien appréciée, d’autant plus qu’il faut longer la plage de galets et ensuite remonter dans ce qui nous semble être un terrain privé. La grille d’accès à la propriété du restaurant était d’ailleurs fermée. Bien nous , en a pris ! Nous continuerons sur la route, après cette petite baie, sur quatre cents mètres en passant sous un autre tunnel bien plus court.
Foin de tunnel, à l’entrée du suivant, nous décidons, au vu d’un joli panneau annonçant le tracé de l’ancienne voie romaine de suivre la direction indiquée. C’est joli mais le chemin nous amène vers le magnifique jardin Hanbury qu’il nous fait traverser entre deux hauts murs de pierre (on n’entre pas dans le jardin), puis, arrivés l’angle est, ne nous offre qu’une pénible remontée vers Mortola Superiore alors que nous sommes, bien sûr, à Mortola Inferiore.

1352

Prisonniers de ce « couloir » de pierre, nous montons sur ce chemin très raide, passons au dessus de la sortie du tunnel que nous aurions dû prendre et continuons, sans autre alternative, vers l’entrée du jardin Hanbury, à côté de laquelle nous retrouvons la route qui redescend vers lae bord de mer et vers la route que nous avons quittée quelques dizaines de minutes auparavant. Moralité, passez sous le long tunnel, le troisième si l’on compte celui qui part immédiatement après les ex-postes frontière. Vous gagnerez du temps même s’il vous fait respirer quelques gaz d’échappement.
C’est à gauche, maison rouge, que le chemin que nous avons monté débouche sur la route

 

1358

L’amorce de la descente vers la route que nous n’aurions pas dû quitter.

1359

Nous passons devant le magasin Conad de Latte, cher aux fumeurs français de la région frontalière et filons sur le trottoir qui longe la route vers Vintimille.

 

1360

A l’entrée du long tunnel qui passe sous la vieille ville, nous bifurquons à droite, longeant la mer.

1363

Ce n’est qu’après être passés devant le Musée archéologique que nous descendrons vers la plage par le petit chemin en pente prononcée. Le temps s’est couvert et le vent s’est levé.

 

1373

 

1374

1375

Nous enfilerons les polaires et terminerons notre première étape en franchissant la passerelle sur la Roya qui, aujourd’hui, montre les premiers signes jacquaires « Santiago-Roma » via della costa.

1384

1385

Autre signalisation jacquaire, partie basse du côté tagué, au carrefour menant à la gare de Ventimille, sans publicité pour la banque !

1393

Dans la ville, que nous connaissons bien, nous irons chercher une glace, puis une autre et prendrons le train vers Cap d’ail.

1395

1396

Première étape accomplie, pas de problèmes, ni bobos, ni ampoules.
Il faut dire que nos chaussures sont « faites » puisqu’elles sont déjà allées à Santiago, par le Camino del Norte.

Dimanche prochain, nous programmons l’étape « Vintimille-Arma di Taggia ». Arma di Taggia est une petite ville que nous connaissons bien aussi qui se trouve à l’est de San Remo (+/- 7kms).