Archives pour l'étiquette Maquens

Maquens – Fanjeaux

Départ 9 heures. Vent fort dans le dos, nuages du « marin ». Aujourd’hui ce sera une longue étape, plus de trente kilomètres car nous n’avons pas trouvé de logement qui nous convienne à Montréal. Nous irons, par les petites routes près de Fanjeaux.
Nous suivons sans difficultés le topo du guide Véron depuis Narbonne mais, en sortant de Maquens, nous nous trompons de route. Nous allons donc sur notre route directement à Lavalette. Le bas-côté n’est pas facile à pratiquer mais la circulation est faible. Traversons Arzens où nous achetons le casse-croûte pour le dévorer sur un banc au vent, toujours et encore au vent ;
Pain, brie, jambon. Bouteille d’eau. Une jeune fille qui rentre chez elle déjeuner nous salue.
Nous repartons vers Montreal. La route est calme mais les bosses succèdent aux descentes et nous trouvons moins de vignes au fur et à mesure de notre avancée vers l’ouest et davantage de cultures et prés.
L’environnement est très calme, les voitures rares. L’arrivée à Montréal se fait à la suite d’une longue marche sur un chemin très agréable tracé sur une ancienne voie ferrée.
La visite de la cathédrale s’impose, petite halte de recueillement dans une quasi obscurité.
En route pour Villeneuve les Montréal où nous manquons notre chemin et donc demi-tour grâce aux indications d’une vieille dame du pays.
Et nous remontons et redescendons des collines. Il faut dire que les indications sont rares et c’est la boussole que nous trouvons l’orientation, le topo n’étant pas très clair et nous non plus car la fatigue commence à se faire sentir.
La boussole nous dit que c’est par là mais nous sommes au pied d’une grande colline… où à mi-côte je me dirige vers des viticulteurs en train de nettoyer leur vigne. Manque de chance, ils ne connaissent pas l’endroit dont je leur demande le chemin. Continuons à faire confiance à la boussole. Odile qui monte moins bien qu’elle ne descend les pentes suit de loin. Les jambes sont lourdes, les sacs le deviennent aussi.
Au loin, nous voyons Fanjeaux et savons désormais que nous sommes sur la bonne voie.
De l’autre côté, nous descendons sur un chemin qui traverse les champs. En bas, nous tournons à droite et par chance arrivons devant la chambre d’hôte. Nos hôtes sont sur le palier, rentrant de courses. Bon accueil, nous montons (encore !) dans la chambre qui est vaste, propre et claire. Jambes en l’air, douche ou en sens inverse selon que l’on soit monsieur ou madame, et dîner à la table d’hôte. Simple comme le petit déjeuner du lendemain, la tête un peu endolorie par la boisson de la veille au soir où nous avons consommé peut être un peu trop un vin blanc du coin servi bien frais à l’apéritif.

Notre étape : Les Tisseyres, 50, route de Carcassonne – 11270 Fanjeaux –04.68.79.04.78/06.19.28.86.49
http://monsite.wanadoo.fr/les-tisseyres 90 euros

Marseillette – Maquens

Il est 9heures. Nous avons retrouvé Eric, notre hôte qui nous a préparé le petit déjeuner.
Il nous apprend que Martine et lui-même vont arrêter de gérer la maison d’hôtes et s’expatrier au Costa Rica où veulent démarrer une nouvelle vie.
Chacun des couples se souhaite un « bon chemin » même si les distances et les efforts ne sont pas les mêmes.
Martine nous embrasse. Moment chaleureux.
Selon la recommandation d’Eric, nous suivons le Canal du Midi en direction de Trèbes sur 9 kms.

0398

Chemin tranquille, quelques joggers matinaux en ce dimanche matin. Nous remontons le Canal en direction de Toulouse qui est encore loin.

0364

Peu de navigation sur le Canal en cette saison. Quand même un bateau dont les passagers nous saluent.
A Trèbes, nous achetons un sandwich et nous traversons la rivière Aude sur un pont venté.
Nous marchons maintenant sur la RD 303 qui mène à Carcassonne proche de notre prochaine étape.
Il fait chaud et la route est triste, mais nous avons le vent dans le dos et il fait beau. Rien à voir sinon de pauvres pavillons de banlieue, certains achevés, d’autres en chantier. Un échangeur nous fait entrer dans la ville de Carcassonne par une longue ligne droite sans intérêt. Comment passer à Carcassonne sans aller voir la Cité. Nous montons à l’entrée de la Cité, en dehors de celle-ci, devant la porte Narbonnaise, dans un petit parc, pour casser la croûte sur un banc en compagnie de touristes déjà nombreux en ce dimanche 26 Mars 2006.
Visite de la vieille ville. Café, gâteaux dans une boutique de produits locaux, à droite en montant, dont le personnel semble ne pas savoir ce qu’est accueillir un client !
Nous traversons la Cité pour redescendre du côté de la ville de Carcassonne que nous trouvons déserte.

0390

Nous souhaitions visiter les églises et cathédrale. Fermées. Nous tournons un peu, sac au dos, dans la ville sans trouver davantage d’animation. Le désert, il semble que toute la vie soit dans la Cité.
En sortant de Carcassonne, nous faisons une pause sur un banc sur le parking de Varsovie.
Une petite hésitation à un carrefour due à une mauvaise lecture de la carte IGN.
Et en route vers Maquens, à quelques kilomètres, en suivant la route de Limoux. Entrons dans Maquens et trouvons notre chambre d’hôte.
Devant la grille, un patou, chien berger des Pyrénées (60kgs ?).
Nous n’entrerons seulement quand l’hôtesse sera venue nous débarrasser du chien qui s’avèrera bien plus impressionnant que méchant. Maison ancienne, chambres dans une dépendance à l’est, chambre à deux lits vaste et calme.
Nous commençons à sentir la fatigue. Jambes en l’air, douche. Ensuite, la question du dîner nous traverse l’esprit. Comment faire. L’hôtesse nous avait prévenu qu’il y avait un restaurant ouvert à un quart d’heure de là. Finalement devant notre hésitation, elle décide de nous préparer un en-cas pour nous dépanner qui s’avèrera un somptueux dîner pris dans une belle salle campagnarde en compagnie du chien et de temps en temps de notre hôtesse avec laquelle nous échangerons d’aimables propos.
Bonne nuit, bien calme et reposante. Petit déjeuner accompagné de confitures excellentissimes et de gâteaux et pain faits maison.

Notre étape : Domaine St Louis – Mme Calmon 04.68.47.52.46
Euros 52 pour la chambre et petit déjeuners.