Archives pour l'étiquette Baena

Baena – Castro del Rio

Le départ sera à 9h45. Le petit déjeuner fort modeste mais à prix pèlerin ne laissera pas de souvenir particulier.
Le marquage, en ville, est très convenable. Il n’y a qu’à se laisser porter…
Nous sortons de Baena par une longue avenue rectiligne qui nous conduira au tunnel qui passe sous la N432. Des oliviers et des oliviers de chaque côté de la route.

IMG_0378

 

Nous marchons à contre-sens du trafic routier en provenance de la nationale et devons redoubler de vigilance lorsqu’un camion s’approche.
Après le tunnel, nous quittons la petite route pour suivre un chemin de terre, large et facile à marcher. Toujours et encore les oliviers.

 

IMG_0380
Nous débouchons sur la route peu fréquentée qu’est la A3125 que nous suivrons à droite. Légèrement en descente, bien tranquille donc, nous pouvons profiter des beaux paysages.

 

IMG_0385

IMG_0389
Nous descendons vers la rivière Guadajoz que nous avons déjà rencontrée plus au sud. Juste après avoir franchi le pont, et au moment de tourner à gauche pour continuer sur Castro del Rio (à hauteur du véhicule garé devant nous sur la photo), nous notons la présence du seul commerce rencontré dans la journée de marche, un bar. Et à la terrasse du bar, nos pèlerins allemands qui se rafraîchissent. Un salut et on continue…
Comme le disent les guides, cette partie est bien monotone tant par la route que nous foulons tant par les paysages d’oliveraies à perte de vue.

 

IMG_0390
Le vent est de face et plutôt frais même si le soleil est présent. Nous tenterons de trouver un abri au vent pour manger quelque chose mais cela se fera en vitesse car ce n’est guère agréable.
Par moments, la route se rapproche de la Guadajoz et nous offre un autre spectacle.

 

IMG_0393
Et de continuer jusqu’aux approches du terme de l’étape du jour où un troupeau de chèvres réveillera les pèlerins. Elles semblent migrer d’une pâture à une autre précédée par le berger et ses chiens, l’ensemble ne manquant pas d’allure.

 

IMG_0395

 

IMG_0396
Nous voici dans la « banlieue » de Castro del Rio.

 

IMG_0399

IMG_0401

L’étape aura été courte mais peu gratifiante au point de vue marche. Le pèlerin, qui, rappelons-le, est parti de Grenade avec des chaussures neuves, ressent quelques problèmes au niveau du talon. Pas d’ampoules mais une sensation d’os du talon « mâché ». Pas de plaie, pas de bleu mais une forte gêne.
Nous traversons Castro pour trouver notre hôtel. On me répète que c’est à côté de la caserne de la Guardia Civil. Nous finirons par trouver…

IMG_0411
Bon accueil. Nous nous mettons à table avant de monter dans la chambre.
Menu del Dia qui tombe bien après la marche et le petit déjeuner économique pris à Baena.

IMG_0412
La chambre est propre, simple avec ses deux lits et bien calme. Pas de wifi.
Je m’en ouvre à la patronne, femme bien dynamique, qui semble mener son monde avec le sourire mais à la baguette. Elle me dit qu’elle va contacter le fournisseur de wifi. J’apprends plus tard qu’il viendra ce soir… et il est venu, et le wifi aussi.
Promenade dans Castro, où nous saurons comment rejoindre Cordoue par deux chemins différents, l’un direct, l’autre en une étape à Santa Cruz.

IMG_0410

IMG_0402IMG_0404IMG_0405IMG_0406

tampon (sello) à la Police municipale où un accueil très sympathique et souriant nous est réservé. Il y aurait, en ville, à l’accueil pèlerin, aujourd’hui, un italien et trois britanniques. Nous ne les verrons pas. Nos pèlerins allemands, nous le verrons le lendemain, dorment à l’hostal voisin du nôtre.
Nous reviendrons dîner à l’hôtel, au même menu que le midi (15h !) mais avec un autre choix. Au cours du dîner, décision est prise d’arrêter la marche et de rejoindre Cordoue en bus, demain matin. En effet, la pose du talon au sol est de plus en plus délicate…et très douloureuse. Fin de la première partie du Mozarabe vers Merida !

www.hostalacalasole.com

Alcaudete – Baena

Départ de l’hôtel à 9h12. Avant d’attaquer, allons au marché couvert voisin pour y acheter les bananes et eau quotidiennes. Il fait frais et le vent est gênant.

IMG_0323
Nous descendons de l’autre côté du château pour retrouver le Camino en longeant l’ancienne route 432 qui sort de la ville.

IMG_0324

Puis, à gauche, nous prendrons une petite route goudronnée qui traverse des oliveraies. Peu, très peu de trafic.

IMG_0326
Nous passons sous la nouvelle N432 par un tunnel et continuons tout droit jusqu’à trouver un immense champ de panneaux photo-voltaïques où nous prendrons à droite sur un sentier qui borde une oliveraie dans laquelle nous serons suivis par le groupe de pèlerins allemands dont nous avons déjà parlé.

IMG_0331
C’est d’ailleurs eux qui nous remettront sur le droit chemin quand, quelques centaines de mètres plus loin, eu égard au fléchage déficient nous partirons sur la droite près d’une maison en ruine alors qu’il fallait aller de l’autre côté.
Les paysages sont charmants. Nous contournerons le Cortijo de las Palomas, les sens en éveil car nos prédécesseurs allemands ont attiré l’attention d’un chien loup qui, à ce que nous entendons, semble être bien agressif même s’il reste à distance.

IMG_0332

IMG_0333
Heureusement, il ne semble pas s’intéresser à nous. Nous ne le verrons même pas.
Franchissant le pont sur le Rio Guadajoz,

IMG_0334

nous tirons sur la droite pour prendre un chemin de terre. Cela monte bien et, en haut, nous tournons à gauche à un bâtiment agricole puis toujours tout droit parmi les oliviers à perte de vue.
Et nous arrivons près du Parc Naturel de la Laguna del Salobral.

IMG_0339

Il faut, là aussi, faire preuve de vigilance, ne pas rester dans l’oliveraie mais tendre à droite en descendant vers le lac. Faire le tour du lac par la droite en sachant bien qu’il n’y a pas de marquage non plus.

Conserver le lac à son épaule gauche.

 

IMG_0341
Nous sommes remontés trop tôt sur la piste (ancienne voie ferrée ?) qui borde l’oliveraie qui elle même borde le lac. Nous aurions dû rester en bas au bord du lac pour trouver la petite maisonnette du chemin de fer (ancien passage à niveau ?). Nous y arriverons par la piste cyclable de toute manière. Pause casse-croûte

IMG_0344
Là, nous retrouverons le marquage mais un peu brouillon. En effet, il nous envoie vers le bas d’une colline où nous trouvons un arroyo

IMG_0345

et, une fois franchi, de l’autre côté donc,

IMG_0346

IMG_0347
nous devons remonter une oliveraie en forte pente pour revenir sur la route qui doit être celle que nous avons quitté derrière le passage à niveau.
Tombé de la polaire, en haut de la dite oliveraie…

IMG_0348
Il est bien possible que, si nous étions restés sur la route, nous aurions évité cette descente et remontée… A méditer en temps de pluie à cause de l’arroyo.
Donc, en haut de la remontée, nous allons à gauche puis à droite et suivons un chemin de terre large et propre qui est balisé par la mairie de Luque, village du coin, qui cherche, manifestement, à attirer la clientèle pèlerine à ses commerces. Ce beau chemin blanc nous fera traverser les terres d’une grande ferme où vivent quantités d’animaux et gallinacées en totale liberté.
Elle s’appelle le Cortijo del Barranco dont le guide Gronze dit qu’ils sont très aimables et aidants avec les pèlerins. Pour une fois, pas de chien en vue, ce qui nous semble étonnant.

Par contre, il y a des sortes de fourmis impressionnantes.

 

IMG_0356
Toujours tout droit jusqu’à arriver à une imposante huilerie qui précède l’entrée proche de Baena, terme de l’étape.

IMG_0359

 

IMG_0360

Encore un effort et nous serons en ville.

IMG_0362

Il fait toujours très beau mais le vent de face est froid.

IMG_0366
Comme nous n’avons vu ni bar ni restaurant ni village, nous nous sommes contentés d’une banane mangée au passage à niveau ou gare où nous sommes passés près du lac. Nous aurons conservé quasiment sur tout le trajet nos trois couches de vêtements.
Nous arrivons à Baena et tombons quasiment sur l’hôtel Casa Grande.
40 € prix pèlerins. C’est pas tout jeune mais cela convient. Nous ne montons même pas à la chambre, affamés que nous sommes et « profitons » du menu à 7 € qui est encore servi à cette heure. Pour le prix, ce n’est pas un banquet mais ventre affamé…
Installation et repérage du parcours pour demain et recherche d’une bonne table pour le dîner. Sello à la police municipale et trouvons le Meson del Monte dont TripAdvisor nous dit du bien.

Entrée du restaurant

IMG_0369
A 20h30, nous dînerons d’un repas qui ne restera pas dans les mémoires si ce n’est pas son prix, repas pris dans une salle aveugle dans laquelle les pèlerins sont bien seuls.

IMG_0371

Lubine à la tomate

IMG_0372

Joues de porc en sauce…
Retour à l’hôtel dans une ambiance frisquette dans des rues désertes. Ce n’est vraiment pas la saison touristique !

 

www.lacasagrandebaena.com

www.restaurantecasadelmonte.es