Gernika – Santona

Vendredi 13 Avril 2007, journée des surprises !

Surprise, au lever, il pleut des cordes, sans vent et il fait bien gris, et.
par dessus le marché, pas chaud du tout.
Surprise, à la réception, la carte visa Premier ne fonctionne pas.
On nous parle d’un problème général en Espagne qui ne devrait pas durer…
Surprise, à la réception, on finit par accepter un chèque car je leur fait comprendre que je ne vais pas passer la journée à attendre que le système visa fonctionne…
Surprise, pas vraiment, quand nous voyons qu’il pleut des cordes quand nous sortons de l’hôtel. Il est 9h40.
Nous traversons la ville et suivons consciencieusement le parcours indiqué par le topo.
Surprise, il y a des travaux sur le parcours et rien n’est indiqué, les ouvriers ayant déplacé tous les éléments susceptibles d’être des supports de panneaux ou de flèches.
Surprise, le chemin, en belle pente, est devenu un bourbier sur lequel roule une sorte de torrent de boue marron.
Nous revenons sur nos pas, en ville et décidons de prendre un bus qui nous conduira à Muxika, évitant comme cela , de suivre la route de Bilbao qui par temps de pluie comme aujourd’hui et au vu du trafic incessant des camions semble bien dangereuse.
Nous montons dans le bus, mais, mal conseillés, ne descendons pas au bon endroit. Il pleut toujours des cordes. Au petit bonheur la chance, nous revenons sur nos pas pour arriver dans un hameau (Muxika semble être très étiré en longueur) où une jeune femme attend le bus en sens inverse.
Pas de chance, elle est roumaine et ne connait rien du Camino. Je tente de sonner à diverses maisons En vain.
Par chance, Odile me dit avoir vu une dame sortir de la maison de l’autre côté de la route, à cause des aboiements de ses chiens qui nous ont repérés. J’y vais, chiens ou pas.
A l’aide de sa fille, elle m’explique que le Chemin est bien plus bas vers Gernika et qu’il est bien probable qu’il soit impraticable avec ce qu’il tombe…
Il nous reste 27 kilomètres à parcourir pour atteindre Lezama, prochaine étape et il est onze heures quinze et il pleut toujours très fort.

380

Une décision s’impose. Que faire ?
Nous réalisons que nous sommes à vingt mètres de la gare de Muxika, gare du Feve, sur la ligne qui va à Bilbao. Enfin, une bonne nouvelle !
Nous prendrons le train de 12h20 pour Bilbao. Entretemps, j’appelle l’hôtel de Lezama dans lequel j’avais réservé pour annuler.
Achat des billets au distributeur, casse-croûte dans la salle d’attente, pendant que les ponchos dégoulinent.

381

382

Nous verrons de la fenêtre du train que les chemins sont tous inondés, que les torrents débordent partout d’eau marron.
Surprise, à Bilbao, nous ne descendons pas où il faut.
Il faut prendre le bus pour rejoindre la Cathédrale Begonia indiquée par le guide comme point de passage de l’entrée dans Bilbao des pèlerins. Surprise, le bus qui y va nous amène à son terminus, avant de repartir vers Begonia. Surprise, à Begonia, tout est fermé, pas d’accueil, pas de sello sur la credencial. C’est quand même sur le Camino que nous descendrons en ville, par de magnifiques volées d’escaliers….
Je vais au Musée Basque, au pied des dits escaliers, sur la petite place où se trouve le métro, demander où se trouve la gare routière. Je suis très bien accueilli et le gardien/caissier me donne un plan de la ville m’indiquant le parcours à suivre.
Nous passons à l’office du tourisme qui est fermé et continuons à pied vers la gare routière. Nous aurons quand même bien marché aujourd’hui….
Nous achetons des parapluies en route dans un supermarché.
Nous achetons, à la gare routière, nos billets pour Santoña et allons déjeuner non loin de là, chez Nikel (?) d’une soupe de lentilles, salade mixte, sardines frites, dessert, un verre de vin = Euros 24. Les prix montent vite en ville !
Nous roulerons jusqu’à Santoña par l’autoroute, trajet direct avec Alsa pour Euros 9.50.

383

Santoña est bien brumeuse, entrée d’air maritime et il ne fait pas chaud. Bon accueil à l’office du Tourisme.
Notre étape est réservée. L’accueil de l’hôtelier est aimable (à l’espagnole) et nous nous installons avec, à la suite, le rituel habituel suivi de la visite du pays et promenade sur les quais où sont déchargées des quantités de maquereaux.
Dîner à l’hôtel, dans une salle de restaurant vide, servis par une jeune débutante un peu crispée. (Asperges/jambon, merlan frit, dessert + vin, c’est la demi-pension)

Hostal Puerto Rico
General Salinas 3
Santoña
34 942 67 19 11
Demi pension pour deux 75 euros.