Deba – Markina-Xemein

Aujourd’hui, troisième étape. Il fait beau mais toujours un peu frais le matin. Nous retrouvons, en sens inverse, la petite route que nous avons gravi hier après-midi après notre détour par le GR.
Nous descendrons vers l’Eroski pour les emplettes quotidiennes. Il est neuf heures quand ce magasin ouvre et nous sommes parmi les rares premiers clients. Les achats faits, nous nous dirigeons vers le pont afin de traverser la ria.

338

339

Petits réglages de sacs avant d’y aller pour de bon.
Comme d’habitude, le démarrage de l’étape se fait par une belle grimpette… Chemin étroit par endroit mais paisible. Nous ne rencontrons personnes, ni âmes, ni chiens.
Nous rencontrons de belle maisons basques en premier plan d’un paysage océanique remarquable.

340

341

Mais, cette étape nous éloignera de la mer pour rejoindre par la montagne vizcayenne, la région de Bilbao. Les dénivelés sont abondants et les passages en forte ascension nombreux mais courts.

343
Première borne jacquaire en basque !

345
Sèche linge ambulant ! Porte casse-croûte aussi..

Nous atteignons Olatz et sa magnifique petite vallée qui nous semble un paradis perdu.

348

Pas d’endroit pour s’arrêter manger un en-cas, nous attaquons la énième montée, sur petite route calme et ombragée qui nous amènera au point haut d’environ 500 mètres (220 mètres au départ d’Olatz). La pente passe de douce, à moyennement forte puis très forte.
Ce point haut atteint, nous ne ferons ensuite que descendre pour rejoindre Markina même s’il y a quelques petites bosses, histoire de ne pas perdre la main.
Peu après le sommet, nous trouvons le groupe de dames vues la veille qui casse la croûte. Bonjour, bon chemin ! et nous nous arrêterons nous-mêmes, quelques kilomètres plus loin, pour la même raison.
Et ces dames reprendront la tête du peloton. L’on a les distractions que l’on peut dans ce monde isolé !349

L’arrivée sur Markina est marquée par une pente assez forte où quelques gouttes orageuses nous incitent à nous équiper en matériel de pluie. C’est la première fois que nous sortons les ponchos. Nous remballerons cinq cent mètres plus loin. Fausse alerte et c’est tant mieux. Vue de la descente, en se retournant !

354

Il faut trouver le logement où nous avons réservé. Assis sur un banc sur la place devant l’église, j’arrête un couple de jeunes gens qui me renseignent très facilement. C’est reparti pour la dernière ligne droite. Les indications reçue étaient assez claires. Au moment où nous venons de franchir le petit pont, une voiture s’arrête à notre hauteur et mon épouse entend la conductrice dire : « Francis ? » Je m’avance et comprend qu’il s’agit de notre hôtesse qui est venue à notre rencontre. Nous marcherons encore 300 mètres sur une petite route, passante devant une ermita ancienne, pour rejoindre notre étape.
Belle maison basque, très belle et vaste chambre manifestement récemment redécorée et aménagée.

355

L’hôtesse est vraiment charmante et souriante. Elle me demande, en anglais, si nous n’avons pas rencontré un groupe de dames françaises. Décidément, le monde est petit !Comme elle ne sert pas à dîner, elle téléphone à l’hôtel Vega pour nous réserver deux couverts ce qui sera accepté à condition que nous y soyions à 20h00. D’accord.
Jambes en l’air, douche, lessive, le rituel quotidien se répète.
Nous sortirons un peu avant l’heure du dîner pour aller repérer les magasins pour le lendemain matin mais finirons par acheter le nécessaire le soir même.
L’accueil au dîner se fait en anglais et en espagnol ensuite, très aimable. Nous dînerons pour 10 euros chacun d’une salade, d’un plat de légume cuit pour l’une et de calamars dans leur encre pour l’autre, yaourt et vin rouge. Pendant le dîner, nous serons rejoints par les dames rencontrées sur le Chemin qui nous diront marcher chaque année un peu et, en 2007, s’arrêter à Castro-Urdiales, à l’ouest de Bilbao. Elles sont surement encore dans leur vie professionnelle active et n’ont pas le temps nécessaire à une longue absence pèlerine.
Retour vers 21h30 dans notre chambre où la nuit sera bien tranquille. Une de nos meilleures étapes, tant par le logement que par l’accueil.
Le lendemain, au vu de notre état avéré de pèlerins, notre hôtesse spontanément nous demandera 40 euros au lieu des 48 euros prévus

Maison Intxauspé
Barrio Atxondoa 10 – Markina-Xemein
34 946 168 798
40 euros au lieu de 48 comme déjà dit.

http://tourisme.euskadi.eus/fr/hebergements/gite-rural-intxauspe/aa30-12375/fr/

Dîner hôtel Vega, sur la Place aux conditions citées plus haut..