Palas de Rei – Arzua

Les symptômes d’hier ont, heureusement disparu. Les tendinites vont bien mieux.
Il fait beau, il ne reste plus qu’environ 70 kilomètres à parcourir. Malgré la fatigue accumulée, le moral est là. On n’a jamais été si près !

Le petit déjeuner doit être servi à 8heures. Nous descendons à l’heure dite. Le bar est fermé.
Nous sommes tenus d’attendre qu’il ouvre, tout d’abord pour régler notre note, ensuite pour déjeuner et récupérer nos pièces d’identité. Je monte à la boulangerie et reconnais notre hôtelier qui achète du pain et des croissants. Je lui fais signe, il me reconnaît et me dit qu’il arrive. Selon toute évidence, il a eu une panne d’oreiller. Nous ouvrons le bar ensemble et le petit déjeuner classique espagnol est vite avalé, la note vite payée et les cartes d’identité vite récupérées. Au revoir et merci.

Nous partons vers Arzua et avons une trentaine de kilomètres à faire. Même décor de bocages avec toujours pas mal de dénivelés cumulés.

463

Supplice ultime, les bornes jacquaires sont disposées tous les cinq cent mètres. De toute façon, on ne les regarde pas.

Mais le paysage nous fait découvrir un arbre qui ne nous quittera pas jusqu’à l’arrivée, l’eucalyptus. Ce sont des forêts entières que nous traverserons, dans la bonne odeur et dans le calme.

0074

A mi-chemin de l’étape, nous traversons Melide, ville sans intérêt aucun mais qui est animé ce jour là d’une grande foire commerciale et c’est avec difficulté que nous cherchons les flèches jaunes qui, d’habitude, nous permettent d’avancer sans se soucier de regarder la carte.
Et puis, tout ce monde d’un seul coup, quand l’on est habitué à la paix…. En fait, c’est l’avant-goût de ce que l’on éprouve en arrivant à Saint Jacques.
Du bruit, du monde, des voitures, il faudra nous réhabituer.

Contents de sortir de ce tumulte, nous retrouvons nos chemins jusqu’à Arzua. A Melide, le Chemin accueille une partie de celles et ceux qui ont marché sur le Camino del Norte (Primitivo).
La fatigue commence à se faire sentir quand nous passons devant l’auberge de pèlerins de Ribadiso de Baixo car il y a encore de la pente à gravir avant notre étape.
C’est avec satisfaction que nous entrerons dans la ville qui semble tout en longueur et c’est avec mécontentement que nous apprendrons que l’hôtel Suiza dans lequel nous avons une réservation est de l’autre côté de la ville, peut être à trois kilomètres. De tout façon, ce que nous marchons aujourd’hui n’aura pas à être parcouru demain ! Quand même, nous aurons marché plus de trente kilomètres aujourd’hui.
En attendant d’arriver à l’hôtel, nous décidons de nous arrêter déjeuner. Donc, à peine entrés en ville, sur la gauche de la route, il y a un bar-restaurant spécialisé dans les « ibéricos ».
C’est là que cela va se faire. Nous commandons une assiette de fromage et une assiette d’ibéricos. Il y en a au moins pour six ! Une bouteille d’Albarino (vin blanc galicien sec) et à nous la bonne chère !
Sur le mur devant moi, il y a un panneau en plusieurs langues demandant aux pèlerins ou marcheurs de ne pas enlever leurs chaussures au sein du restaurant. On comprend que le patron souhaite limiter les odeurs au sein de l’établissement. On comprend aussi que l’on va se régaler quand on voit quatre éléments de la Guardia Civil venir manger une ou deux tapas au bar devant nous.
Nous emporterons les restes de fromage que nous dévorerons le lendemain au cours de l’étape.
En attendant, il nous faut traverser une ville déserte pour atteindre notre hôtel qui se trouve comme prévu à l’autre bout de la ville..
Hôtel impeccable, confortable, calme. Nous dînerons à l’hôtel au vu de notre fatigue et des kilomètres parcourus. Dîner agrémenté avec une conversation avec des « marcheurs/pèlerins » accompagnés d’une voiture que nous reverrons à Santiago et qui n’en reviennent pas de nous, savoir partis de Monaco ou d’à côté de Monaco, et « tout ça, à pied » !

Bonne nuit, pas de problèmes aux jambes ni ailleurs, si ce n’est une fatigue de plus en plus sensible.

Hôtel Suiza
Rio Vello
Carretera 547 Santiago/Lugo km 64
Riovello/Arzua

981 500 908/981 500 862

Demi-pension pour deux 80.05 euros