Sarria – Portomarin

Il est 8h15 quand nous quittons notre hôtel. Montée à gauche dans la vieille ville. Tiens, il y avait des restaurants que nous n’avons pas vus hier. Notre sac de provisions achetées la veille durant la « promenade/quête de restaurants » est bien plein. Le brouillard ne nous quittera pas de la matinée avec une petite fraîcheur en plus.
Nous suivrons des chemins creux entourés de murets sur la plus grande partie de l’étape.

Les hameaux traversés sont tout aussi bouseux et tranquilles que ceux que nous voyons depuis notre arrivée en Galice.
De temps en temps, la silhouette d’un(e) pèlerin(e) dans la brume vient distraire notre cheminement. Nous nous rattrapons, nous saluons d’un vibrant « Ola » et continuons la route.
Toujours et encore des chemins creux, des murets, du bocage, des chiens endormis et du brouillard.

0084
(photo de la borne des 100 derniers kilomètres qui porte la trace du passage de certain(e)s !

Sur cette étape, comptant les bornes jacquaires dont le compte à rebours annonce la proximité de la fin du pèlerinage, nous rencontrerons ces « correidoiras » qui sont des sortes de pierres plates juxtaposées afin de permettre au passant de ne pas se mouiller les pieds quand le chemin se confond avec le lit d’un ruisseau. Il y a donc sur le bas côté du passage une sorte de dalle qui longe le courant du petit ruisseau.

462

Il y a, sur cette étape, pas mal de dénivelés cumulés dont l’origine se trouve dans le paysage de collines de cette partie de la Galice.
Les maisons sont devenues des blocs de granit carrés couverts de lauzes. Peu d’ouvertures, quelques beaux « horreos », greniers à céréales typiques de la Galice. Ce n’est pas très gai, surtout dans le brouillard.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

461

La douleur des tendinites commence à s’estomper mais est encore présente. Il faut serrer et resserrer les bandes et bien enduire, le matin et quelquefois à l’étape du déjeuner/casse-croûte d’une bonne couche de pommade anti-inflammatoire. Mais on avance !
Nous arrivons à Portomarin à l’heure du déjeuner (espagnol !) et traversons le pont vers la colline sur laquelle la ville a été reconstruite, après la mise en eaux d’un barrage en 1962, barrage qui a fait inonder la vallée dans laquelle se trouvait l’ancien village. Tous les bâtiments historiques ont été démontés et remontés plus haut.

0344

Nous montons dans le village vers la Pousada de Portomarin.
Nous avons réservé dans cet hôtel très confortable car, l’autre hôtel contacté plus tôt, nous demandait un prix tellement prohibitif (à nos yeux) pour la jouissance d’une terrasse que nous avons décidé de payer plus cher mais pour quelque chose qui le valait. Bien nous en a pris !
Avant d’y parvenir, nous trouvons Michel qui semble être parmi ceux qui arrivent tôt (il part tôt !) qui se rafraîchit à une terrasse. Il est installé à l’auberge de pèlerins voisine.
Installation, rituel habituel.
Puis sortie pour déjeuner. Nous irons dans un petit bar-restaurant. Les calamars, le jambonneau aux navets et le riz au lait, séparés ou ensemble, servis au menu du pèlerin va me jouer un tour qui prendra sa dimension dans l’étape suivante….
La promenade-shopping d’après sieste se fera dans un air frais qui ajoutera à notre fatigue.
Nous dînerons à l’hôtel avec comme voisins de table un couple de pèlerins canadiens anglophones et sexagénaires qui nous diront être venus à la Pousada pour trouver le calme et le repos, lassés qu’ils sont de l’inconfort des auberges de pèlerins dans lesquelles il semble difficile de trouver le repos et la détente. Cela nous sera dit à nouveau par plusieurs personnes.

 

www.pousadadeportomarin.es

Chambre pour deux + petits déjeuners : 65 euros
Dîner vin compris : 43.90 euros.