Ponferrada – Villafranca del Bierzo

Réveil inquiet. Non, il fait beau et même très beau. Par-dessus les toits, la campagne scintille.
Le petit déjeuner fût copieux. Voila de quoi attaquer une belle étape de bonne humeur.
Il nous faut remettre le béret, les gants et un blouson sur les polaires car la pluie de la nuit a amené une belle fraîcheur.
Nous qui marchons ne nous en plaindrons pas. Il nous faut traverser toute la ville de Ponferrada parmi les écoliers qui vont rejoindre leurs pupitres. Pour nous ce sera une nouvelle journée de liberté.
Cette traversée nous prendra bien cinq kilomètres mais elle est assez bien indiquée.
Nous traversons de nombreux petits villages charmants et nous verrons beaucoup de fleurs aux fenêtres et dans les jardins. Il semble que le climat, malgré la fraîcheur du jour, soit plus doux que dans les régions que nous venons de traverser, ce qui expliquerait cette abondant floraison printanière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous longeons une grande route dans la traversée de Camponaraya où nous achetons quelques aliments pour l’en-cas du midi. Puis à la sortie de cette agglomération, à hauteur de caves vinicoles, nous reprenons le chemin caillouteux, la piste vers Cacabelos , puis après huit kilomètres environ,et après avoir traversé de sympathiques paysages vinicoles, nous arrivons à notre point de destination. Il est 14heures. Nous sommes à Villafranca del Bierzo.
Cette petite ville est vraiment pleine de charmes. Tant sur sa partie haute, à notre arrivée, où nous sommes accueillis par un magnifique château qui doit quelques cicatrices aux troupes napoléoniennes et auparavant, un peu plus haut, une magnifique église romane.
En ville, la rue de l’Agua est un très bel exemple d’architecture moyenâgeuse. Difficile de ne pas tomber sous le charme de Villafranca del Bierzo.
Nous traversons la ville dans sa grande largeur pour franchir le pont sur le rio Burbia. Notre hôtel est un peu plus loin devant nous.
A un coin de rue, sur le chemin de St Jacques qui passe devant, au bord d’un joli torrent se trouve la Casa Mendez. Nous sommes reçus avec un sourire qui nous accompagnera jusqu’au lendemain matin au départ. La chambre est sur le torrent et propose, avec modestie, tout ce dont nous avons besoin, même si le luxe en est absent. Tranquille.
Nous redescendons déjeuner au menu del dia toujours avec le même sourire et une excellente truite.
Nous remontons procéder à notre installation. Odile souhaite faire un petit somme, pas moi, donc j’en profite pour aller en ville, à pied bien sûr, acheter une carte postale, des figues (excellents coupe-faims et anti-coups de barre) et je m’autorise une bière en terrasse.
A mon retour, un amoncellement de valises et de sacs me montre que des pèlerins français sont arrivés. Des gens qui ne marchent pas avec un sac à dos. J’avoue avoir du mal à savoir que penser. Il est certes possible quand on est invalide ou avec un problème de dos de se faire porter son bagage d’un hôtel à l’autre. J’utiliserai ce système si cela m’était nécessaire. Mais, à voir celles et ceux qui pratiquent cela, au moins à l’étape dont je parle, je pense qu’il s’agit plutôt d’un confort. Enfin, à chacun son Chemin !

Le dîner sera aussi bon que le déjeuner et toujours avec le sourire. J’insiste car, après environ 500 kilomètres de marche en Espagne, nous avons plutôt été habitués à des visages fermés, voire distants, sans parler de l’obstacle de la langue.l’Agua, Villafranca del Bierzo,

www.restaurantemendez.com
4 repas, petit déjeuners, la chambre et les sourires : Euros 105,-