Logroño – Najera

20.04.06

Petit déjeuner dans la chambre comme prévu.
Il est 8h15 lorsque nous partons de l’hôtel. Arrêt dans un bar : « Dos cafés solo » pour faire passer le petit déjeuner. Et en route pour Najera.

La sortie de Logroño se fait par une grande avenue que nous abandonnons vite pour partir à gauche vers un grand parc bien entretenu qui nous rapproche d’une voie rapide (périphérique ?) qui matérialise la sortie de la ville. S’ensuit un belle piste cimentée bien tranquille où beaucoup de Logronais ( ?) viennent prendre un peu d’exercice. C’est pour les pèlerins que nous sommes un beau support pour marcher. Et cela va durer jusqu’au barrage de la Grajera, soit presque quatre kilomètres.
Environ trois kilomètres plus loin dans la descente qui rejoint la nationale 120, il y a une scierie de belle importance et par conséquent beaucoup de bouts de bois au sol ou à portée de main. Il est étonnant de voir combien les pèlerins ont fabriqué de croix avec ces bouts de bois et les ont fichées dans le grillage qui sépare le chemin de la route nationale 120.
Sur près d’un kilomètre, les croix bordent le chemin, de toutes tailles et de toutes sortes de bouts de bois.
On avance dans ce décor surréaliste et bientôt nous partons à gauche, s’éloignant du trafic de la nationale 120 vers le village de Navarrete qui trône sur la colline au loin devant.
Dans le village, après une montée un peu « casse-pattes » nous cherchons à acheter à manger.
Nous trouverons une supérette pour nous ravitailler en fromage et mortadelle, un boulanger dont le magasin se trouve au fond d’un long couloir et vend d’excellents gâteaux et nous continuons. Il fait frais et le temps se couvre. Nous prenons un peu d’eau à la fontaine et nous commençons une longue ascension d’une pente plutôt modeste.
La pluie menace. Nous nous équipons en ponchos et guêtres.
Pour rien. Deux kilomètres plus loin, nous remballons.
Le chemin devient monotone et nous avons la certitude de faire des crochets pour rien tant les indications sont contradictoires. Notre chemin nous ramène sans cesse butter sur la Nationale 120 et son trafic incessant et bruyant. Des travaux autour de cette route rendent difficile le passage et surtout il n’y a aucun endroit pour s’asseoir pour manger.
Il faudra que nous attendions de trouver un égout en ciment, seul endroit à peu près sec. Le repas est vite avalé car le vent a tourné est souffle de plein ouest, c’est-à-dire, pour un pèlerin vers St Jacques de Compostelle, de face et il forcit.

0358

Nous avançons dans un paysage de vignes (la Rioja) et de terre rouge glaiseuse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après avoir franchi une montée caillouteuse et bien raide dans laquelle deux cyclistes italiens semblent en baver, nous découvrons la cuvette où se trouve Najera, notre étape.
Un énorme orage est en train de passer devant nous à peu de distance. Au loin, vers le sud, de grandes montagnes sont tachées de neige. Dans cette plaine, difficile, au vu du nombre de villages devant nous, de savoir lequel est Najera.
Encore une heure et demie de marche pendant laquelle nous croiserons une pèlerine à cheval revenant de St Jacques et son chien, et le vent commence à forcir encore plus. Quelques gouttes nous donnent le signal pour nous rééquiper : ponchos, guêtres, béret et gants. Il fait très frais.
Cinq minutes après, c’est le déluge. Avec ce vent de face, les ponchos sont collés au pantalon qui ne tient pas longtemps sec. Il pleut encore beaucoup quand nous touchons les portes de la ville après être passés devant ce mur d’usine qui sert de support à un long poète en allemande et espagnol.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Nous saluons un berger qui reste près de son troupeau, en plein champ, avec seulement son béret et sa veste pour l’abriter….Nous descendons en ville pour le rituel du tampon sur la credential pour rejoignons notre hôtel. Le hall de réception est occupé par quantité d’espagnols venus vraisemblablement déjeuner et qui nous regardent étrangement se demandant d’où nous pouvons bien sortir, trempés et crottés comme nous sommes !
Après les jambes en l’air, la douche, la lessive, un sommeil réparateur s’impose suivi d’une promenade shopping dans la charmante ville de Najera qui nous servira surtout à repérer les restaurants fréquentables.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce sera chez Olimpo. Bon dîner pour pas très cher et patron accueillant.
Le temps ne s’arrangeant pas et ayant pris assez d’eau sur la figure, décision est prise d’aller au chaud dormir.

www.tripadvisor.fr › … › Espagne › La Rioja › Najera › Hôtels Najera

Hôtel San Fernando
Paseo San Julian,1
26300 NAJERA (La Rioja)
941363700