Puente la Reina – Estella

17.04.06

Une bonne nuit au chaud.
Départ 8h45. Un arrêt à la pharmacie ouverte pour acheter de quoi soigner la gorge enflammée d’Odile. Sur le célèbre pont de Puente la Reina, au bout de la Calle Mayor, nous retrouvons notre couple de landais, Bernadette et Bertrand qui ont passé la nuit dans un autre hôtel de la ville.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous parlons un moment puis nous séparons à nouveau pour marcher dans la même direction.
Nous les suivons puis les dépassons. Chemin faisant, nous les perdons et continuons à suivre la route. Arrivés à un village, je tente de faire le point sur mon topo mais ne le trouve pas signalé. Bizarre. Bien sûr, le village est désert. Posté sur la route, je tente d’arrêter une voiture qui file, puis une voiture française immatriculée dans le 78 et enfin un bûcheron qui va en ville dans sa camionnette break Opel. Il finit pas nous faire comprendre que nous tournons le dos au chemin de St Jacques. Il accepte de nous ramener à Puente la Reina, Odile devant et moi derrière dans les chutes de bois mais content de ne pas re-faire les cinq ou six kilomètres de retour au point de départ. Nous ne pouvons nous empêcher de rire, le bûcheron aussi.

Revenus à notre point de départ, pendant que nous remercions notre chauffeur/sauveur, nous voyons derrière notre voiture s’en garer une autre et descendre Bernadette et Bertrand qui se sont eux aussi aperçus de la bévue.
En fait, nous n’avions pas vérifié la présence de flèches jaunes qui d’habitude signalent la voie à suivre….
Comble de malchance, la zone que nous devons franchir est bouleversée par des travaux autoroutiers et le topo du guide ne sert pas à grand-chose car peu lisible sur le terrain.
Nous voila en train de monter, puis redescendre, puis remonter un côte. Nous sommes rejoints par un couple de sud-américains qui ont un topo semble –t-il plus récent que le nôtre mais pas plus juste. Nos dacquois décident de partir en longeant l’autoroute sur un sentier à l’extérieur de celui-ci. Nous redescendons une fois encore suivis par nos deux sud-américains.

En bas, le monsieur, en conversation avec un automobiliste, me fait un signe, suivi d’un coup de klaxon, car il a trouvé le chemin. Nous les suivrons sur la bonne voie et, en fait, sur la route 111 qui est devenue déserte suite à l’ouverture de l’autoroute. Rude montée mais dans le calme et surtout sans voitures. Traversons le beau village de Maneru puis Cirauqui où nous achetons notre casse-croûte que nous dévorerons sur un banc au soleil de l’autre côté du village, à côté des anciens du village.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Nous verrons quand même la voie romaine à la sortie de Cirauqui même si nous ne passons pas dessus car le chemin de Saint Jacques balisé suit pratiquement fidèlement la N111 qui est certes de goudron mais si tranquille. Nous croisons le chemin à la hauteur de la voie romaine puis filons dans la descente de la route N 111.
Le vent frais se lève de face et la route monotone, trop calme désormais, fait que la fatigue commence à venir, les jambes s’alourdissent. Nous avançons toujours vers Estella.

Compte tenu de notre fantaisie matinale, nous aurons bien fait aujourd’hui environ 32 kilomètres. L’arrivée en ville est quelque peu longue mais une belle surprise nous attend car l’entrée dans la ville, l’endroit où se trouve l’auberge de pèlerins, est un quartier riche en magnifiques maisons anciennes et belles églises romanes.
Tampon sur la crédenciale à l’auberge et nous filons à petits pas vers l’hôtel que nous avons repéré.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On cherche, on trouve, complet. La propriétaire appelle une fonda (hôtel très simple) située en ville, l’hôtel complet se trouvant un peu dans le faubourg d’Estella.
Nous redescendons en ville, vers la fonda San Andres, un peu inquiets de ce que nous allons trouver mais tellement fatigués que nous aurions dormi n’importe où.
Nous sommes accueillis par une dame charmante à laquelle nous demandons un chauffage d’appoint que nous obtenons sans problèmes. En fait, elle n’allume pas le chauffage de l’hôtel pour une seule chambre occupée.
Nous faisons une petite promenade/achats pour changer un peu et rentrons avant de ressortir dîner dans un restaurant sympathique dans lequel il n’y a que des pèlerins. (28.52 euros pour deux – Asador Astamarga – Plaza de los fueros 948550802)
A notre retour dans la chambre, surprise. La chambre est doublement chauffée, par le chauffage d’appoint et par les radiateurs. Il semble que l’affluence de pèlerins ait décidé la patronne à ouvrir sa chaudière. Tout va bien, nuit calme et confortable. La chambre nous sera facturée 32 euros. Pas de petit déjeuner mais nous avions prévu en faisant notre petit tour dans l’après-midi.