Moncaup – St Bertrand de Comminges

Départ à 8h40, comme d’habitude. Cycle de préparation habituel. Réveil à 7h, Odile passe à la douche. Pendant ce temps, je range mes affaires et prépare mon sac. Quand elle revient, je passe à la douche et elle range à son tour ses affaires et sac. Petit déjeuner et nous voila dehors quel que soit le temps.
Aujourd’hui, il fait gris et frais. Les sommets sont tous accrochés par de gros nuages et les ours qui nous entourent (de loin) ne doivent pas non plus avoir bien chaud !
Mais il ne pleut pas, c’est déjà pas mal. Nous continuons notre ascension du Col des Ares en suivant la route quasi déserte.
Nous passons à Ste Anne, et en haut du col bien connu des cyclistes du Tour de France, au moment d’attaquer la descente par la route, décidons, une fois n’est pas coutume, de descendre par le GR vers Ore pour rejoindre la D 33. Chemin encaissé entouré de jolis prés mais par endroits couverts de cailloux roulants , descente assez soutenue.
Cette D 33 supporte un trafic assez important de camions espagnols surtout et de véhicule de tourisme se rendant ou venant du tunnel de Viella qui permet un accès facile à l’Espagne.
longeons la route à gauche, sans cesse bousculés par le passage des poids lourds qui ne ralentissent en rien. Le poids du sac et les coups de vent créés par les camions font que quelquefois l’équilibre du pèlerin peut être menacé. Le béret, à plusieurs reprises, tombe au sol, bien sûr, mais la caravane passe. Marre de cette route. Nous traversons sur la droite de la route le village à l’écart de la route de Galié, havre de paix. A la sortie de Galié, carrefour où nous retrouvons la RD 33 que nous traversons.
Sur ce carrefour, il y a un snack. Bien qu’il ne soit que 11h45, une halte est unanimement décidée et en terrasse pour la première fois depuis notre cheminement, nous mangeons un croque monsieur, une portion de frites, avec ¼ de rouge et deux cafés pour 16 euros.
Nous repartons. Notre topo nous éloigne de la RD 33, nous fais franchir la Garonne et longer sur un chemin à travers champs, parallèle à une petite route et à la voie ferrée qui mène à Luchon. Nous arrivons à Loure Barousse à 13h15. Il nous faudra attendre jusqu’à 15h la réouverture du Shopi local. Nous attendons à proximité car nous devons absolument acheter le repas du soir car l’hôtel prévu pour ce soir ne sert pas de repas et il n’y a pas de restaurant ouvert le soir à St Bertrand de Comminges ! Dès la fermeture de la basilique à 18h, le village se vide et les quelques marchands présents sur le site ferment eux aussi.
Les achats effectués, nous continuons notre marche et visitons gratuitement Valcabrère en entrant par le cimetière en toute innocence. Bel endroit dans lequel nous verrons, exposé dans une vitrine, le bourdon d’un pèlerin enterré ici au XI° siècle !
Arrivons à 16h à St Bertrand où l’arrivée a été marquée par la montée d’un escalier dont nous nous serions bien passés.
A gauche de la Basilique, se trouve un bureau de tourisme où nous faisons tamponner nos credentiales. La jeune fille, à la réception, nous dit d’aller aussi au Presbytère pour recueillir la credentiale « religieuse ». Ce que nous faisons. Nous aurons donc deux traces de notre passage à St Bertrand.
L’hôtel du Comminges est devant la Basilique. Nous voici installés dans une belle chambre au sein d’une maison ancienne pleine de charme. Notre hôtesse est accueillante.
Douche et jambes en l’air dans un ordre différent selon que l’on soit monsieur ou madame !
En général, c’est Madame qui attaque la douche la première. Pendant ce temps, coup de fil à l’hôtel de l’Officier à la Barthe de Neste pour réserver la nuit suivante.
Sortie pour visiter la Basilique, faire le tour du village, boire une bière solitaire en terrasse, retour dans la chambre pour le repas froid. Nuit calme.

Notre étape : Hôtel du Comminges, Face à la Cathédrale St Bertrand de Comminges 05.61.88.31.43
Chambre à 45 euros + 12 pour deux petits déjeuners.