Palavas les Flots – Sète

Départ comme d’habitude désormais. Il ne fait pas très beau et un peu frais.
Nous quittons Palavas les Flots vers l’ouest et devons passer à la Cathédrale St Pierre de Maguelonne pour continuer sur Sète, notre prochaine étape.

0304

Nous marchons d’un bon pas sur la petite route qui longe la mer.
L’abbaye est vide mais laisse une impression de grandeur.

0308

Par contre, comme nous sommes sur le départ, nous demandons à un monsieur (employé ? religieux ? résident ?) s’il est possible de traverser le parc de l’abbaye, arguant de notre statut de pèlerins, afin de gagner un peu de temps et de fatigue. A peine aimable, c’est non. Il nous faut faire le tour et donc revenir sur nos pas et longer la mer. Ce que nous faisons en maudissant cette personne qui se soucie si peu de nos mollets.
De l’autre côté de l’abbaye, nous trouvons le Canal du Rhône à Sète qui préfigure le Canal du Midi que nous trouverons plus loin. Je franchis le pont et demande à un responsable s’il est possible de longer ce canal pour atteindre Frontignan-Plage. Il me dit que oui, en longeant le côté mer mais pas en longeant le côté terre. Va pour le côté mer.
Nous allons cheminer pendant plusieurs kilomètres sur une bande de terre bien sur-élevée par rapport à l’étang de Vic à droite et la mer à gauche.

0310

Beaucoup de mouettes mais aussi pas mal de flamants roses. Par contre, le sol est vraiment désagréable, mélange de boue et de sable qui colle aux chaussures.

0311

Au pont des Aresquiers, nous tournons à gauche pour rejoindre Frontignan-Plage.

0313

Pour ce faire, nous quittons la route D60 pour la D50 qui longe la mer. Ce n’est pas très joli. Beaucoup de petits bungalows ou petites maisons de vacances dont beaucoup sont fermés. Et ce pendant quatre ou cinq kilomètres. Un seul restaurant ouvert et pas engageant.
Le temps va tourner à la pluie. Nous mangeons au vent auprès d’une capitainerie de Frontignan-Plage les quelques provisions dont nous disposons. Halte rapide.
Le vent est de plus en plus fort.
Nous continuons vers Sète en suivant la D 50, coincés que nous sommes entre la mer, les voitures et la ligne SNCF. Pas agréable du tout. Cela compense l’extrême solitude trouvée sur notre bande de terre depuis Maguelonne.
L’entrée dans Sète n’en finit pas. Comble de malchance, je réalise que l’hôtel où nous avons réservé est à l’autre extrémité de Sète, ce qui nous fait bien 5kms de plus. Une heure et quart, au moins !
Nous traversons la ville que nous ne connaissons pas en arrivant par un quartier proche du port de passagers, quartier qui rappelle un peu le Maroc. Puis, le centre ville où Odile craque devant un magasin de chocolats. Repérons un restaurant puis continuons vers l’Ouest, vers la Corniche Neubourg, hôtel Venezia, que nous atteindrons bien fatigués encore. Malgré l’entrainement, les étapes se finissent souvent dans la fatigue !
Chambre très simple, au décor monacal mais où rien ne manque. Elle s’avèrera bien calme.
Nous voici au terme de notre tranche automnale de pèlerinage. Nous sommes d’autant plus sereins que le temps ne s’annonce pas beau du tout avec de forts orages à venir, ce qui se vérifiera.
Nous nous arrêterons là. Mais il faut encore aller dîner car notre hôtel n’a pas de restaurant.
Encore 1.5kms, ce qui devient une habitude ! Bon dîner et retour à l’hôtel Venezia en longeant un bord de mer où les vagues font un bruit d’enfer. Vent d’Est, pas bon signe en Méditerranée. Demain, le taxi nous conduira à la gare de Sète et en route pour Eze !

www.hotel-sete.com
Nous avons payé Euros 51