Alcala la Real – Alcaudete

Il est neuf heures quand nous quittons l’hôtel Torrepalma et partons pour Alcaudete. Un arrêt à un supermarché qui ouvre et achetons bananes et eau.
Nous traversons la partie d’Alcala la Real que nous ne connaissons pas, la partie la plus ancienne. Nous y découvrons de belles maisons anciennes et aussi des hôtels dont nous avions vu les noms en préparant notre marche.

[img]http://www.stjacques.fr/document/images8/IMG_0284.jpg[/img]

IMG_0284

IMG_0286

IMG_0287
Le pas est bon, le chemin aussi. Encore un concert de chiens qui nous ont flairé de loin, la caravane passe !
La route serpente devant nous, rien de particulier à signaler. Il y a pas mal de monde qui prend soin des oliviers et, pour la première fois de cette marche, nous devinons, au loin, à peut être deux kilomètres, un petit groupe de marcheurs. Des pèlerins ?

IMG_0288

Un dernier coucou à Alcala la Real au loin, derrière la pèlerine.

IMG_0291
Nous progressons parmi les oliviers pour ne pas changer.
A Puertollano, village très tranquille, nous amorçons le début de la perte de dénivelé qui passera de 900 mètres à peu près au départ pour un point bas de 600 mètres à Ventas de Carrizal. Nous rencontrerons une impressionnante ligne de chenilles processionnaires dont la photo ne rend pas grand chose.

 

IMG_0292

A quelques centaines de mètres de notre arrivée à Ventas, le chemin descend vers un tunnel qui passe sous la N432 pour poursuivre de l’autre côté vers le village. Pas de chance : le tunnel est submergé par un arroyo bien plein.
Nous décidons de continuer sur la N432 et prendre la sortie à droite puis descendre jusqu’à la petite route en dessous que nous prenons à gauche, passons sous le pont de la N432 sur cette petite route. Le premier chemin à gauche, montant légèrement sur environ 200 mètres, nous ramène sur le Camino que nous prenons à droite, vers Ventas.

IMG_0298
Victime du monde moderne, le Camino, lorsqu’il rejoint la N432, est fermé à tous piétons par des barrières de sécurité. Le pèlerin enjambe la première, traverse la N432 et enjambe l’autre barrière (photo ci-dessus) et descend, à gauche, vers Ventas par une portion de l’ancienne nationale puis, à droite, un petit chemin qu’il ne faut surtout pas suivre à droite vers l’école mais continuer de descendre à gauche.

Nous entrons dans et traversons le village de Ventas qui montre un peu d’animation autour du moulin à huile où des tracteurs amènent leur récolte d’olives.

IMG_0300

IMG_0301
L’appétit venant en marchant, nous trouverons la solution. Après un passage de gué sur un petit pont,

IMG_0302
à hauteur d’une marbrerie, à quelques centaines de mètres après avoir quitté Ventas, nous tournerons à gauche, revenant vers la N432 que nous atteindrons très rapidement après peut être trois cents mètres. A gauche sur la N432 et nous voici devant la Venta San Juan

 

IMG_0303

où nous sommes bien accueillis et où l’on nous servira des patatas del pobre (patates cuites dans l’huile d’olive et des gousses d’ail) et deux oeufs chacun et un verre de vin + 2 cafés et une bouteille d’eau pour €15, servis par une ressortissante britannique qui semble être la belle fille du patron, aimable et souriante.
Retour sur le Camino par le même chemin qu’avant déjeuner, vers la marbrerie.
(Franchir le pont sur la rivière San Juan et immédiatement après, tourner à droite).

 

IMG_0304

Nous montons sur la gauche et, plus haut, trouvons un pèlerin assis. Allemand, de Karlsruhe. Il fume tranquillement, les autres de son groupe sont sous les oliviers, un kilomètre plus haut. Sympas et souriants.
Et, surprise, l’un d’entre eux nous tend la casquette de la pèlerine qu’elle avait perdue avant Ventas… va comprendre !

Nous suivrons la Cañada Real de Fuente Amuna pendant environ deux heures avant d’atteindre la fontaine Amuna,

IMG_0309

terme de cette marche sur terre battue aux paysages quelques peu monotones.

IMG_0306

IMG_0307

Pas encore arrivés, il reste encore un peu de route…

IMG_0310

Puis, à moins d’un kilomètre de là, le sanctuaire de Fuensanta qui est fermé à l’heure de notre passage et qui marque le début de la longue promenade aménagée en descente vers Alcaudete.

IMG_0313

Nous partons à droite, cherchant notre hôtel. Arrivés en haut d’une belle côte, dans la ville, je demande à un passant qui me dit que c’est en bas, de l’autre côté… mais que si je passe par là, je trouverai facilement. Nous redescendons donc, entrons dans la partie la plus ancienne d’Alcaudete, trouvons la mairie où l’on répond à nos questions du haut de l’étage, dans l’escalier, sans descendre ni se montrer. Rien compris donc et ressortons.
A droite, en sortant, une flèche indique la direction du château et nous savons que l’hôtel se trouve devant le château.
Hôtel Castillo, cela ne s’invente pas.
Bingo. Belle bâtisse ancienne qui semble avoir été totalement rénovée.
Moderne donc, propre et accueil en français. Belle chambre avec chauffage donnant sur le château. Nous dînerons à l’hôtel de légumes grillés et d’un revuelto de morue et gambas et d »une bouteille de Rioja de bonne facture.

IMG_0318
La nuit sera calme, le trafic automobile ne commençant que vers 7h, heure où le pèlerin se doit d’être levé. Il a plu cette nuit.
Le petit déjeuner a été copieux.

 

http://www.tripadvisor.fr/Hotel_Review-g1237000-d3487440-Reviews-Hospederia_Castillo_de_Alcaudete-Alcaudete_Province_of_Jaen_Andalucia.html