Fontvieille – Saint Gilles

Départ 8h45. Bien dormi, au calme. L’hôtesse, avant que nous ne partions, tient à en savoir un peu plus sur le pèlerinage de St Jacques et je lui dresse, en quelques minutes, un tableau rapide des points de départ, de l’histoire du pèlerinage etc.. en fait, je crois que ce qui l’intéressait, à juste titre d’ailleurs, était de comprendre quel marché elle pouvait tirer du passage d’éventuels pèlerins pour sa structure d’accueil. Bien compréhensible.

A son tour, une fois réglée la chambre, elle nous conseille sur le meilleur chemin pour aller franchir le Rhône sans suivre la RD qui, au dire de l’office du tourisme, pourrait être très fréquentée. J’avais prévu de suivre le Canal Viguièras. Nous monterons vers la Chapelle St Jean et à gauche et toujours tout droit, nous tomberons sur le Canal.

0272

Il fait beau mais devant nous se dressent à l’horizon des nuages gris bien peu engageants.
Nous longeons le Canal sur des kilomètres, tantôt marchant sur un beau petit chemin tantôt dans des portions herbeuses et bien humides.
L’aspect du ciel préfigure l’après-midi que nous allons passer !

0273

Nous avons droit à un moment d’émotion, surtout pour Odile, quand nous passons à l’aplomb de maisons situées en contre-bas de la digue, maisons abritant des chiens peu sympathiques.
Jusqu’au moment où nous voyons débouler trois d’entre eux, ensemble, bien décidés à en découdre. Odile passe devant, je reste derrière avec le bâton de marcheur déployé et prêt à distribuer…. Je n’aurais pas à m’en servir car, comme souvent, beaucoup de bruit dans l’esprit du chien, je le suppose, doit suffire à dissuader l’intrus. Effectivement, dès que nous franchissons le coin le plus éloigné de leur propriété, le trio repart d’où il est venu.
Une autre maison nous offre un nouveau concert mais sans sortie des gardiens à quatre pattes.
C’est dire si longer le Canal Vigueras à pied peut se faire dans un concert d’adrénaline et d’aboiements ! Nous en verrons d’autres !
La pluie arrive. Les ponchos et les guêtres sont sortis et la caravane passe sans les chiens cette fois-ci. Traversée d’Arles après achat du casse-croûte, traversée du Rhône par le pont de Trinquetaille et en route pour St Gilles.

0277

Casse croûte au pied d’une croix à la sortie de l’agglomération d’Arles avant la traversée de la partie de Camargue prévue au programme. Là, il ne pleut plus depuis un moment.
Une demi-heure après, le ciel s’obscurcit brutalement et nous ressortons les ponchos et guêtres que nous ne quitterons pas avant le soir.
C’est un véritable déluge que nous subirons pendant plusieurs heures.

Il n’y a aucun endroit pour s’abriter et nous devons marcher contre le vent. La route est trempée, les bas-côtés aussi, nous aussi ! Nous avançons, mais la pèlerine, par moments, ressent des douleurs à la hanche qui l’handicapent beaucoup. Elle continue, bien courageuse. Le déluge tombe toujours et nous ne pouvons qu’avancer car la Camargue est bien plate et bien vide d’abri dans ce cas là.
C’est bien fatigués que nous arrivons à Saint-Gilles où notre chambre d’hôtel est réservée.
Tous nos vêtements sont trempés malgré l’excellent équipement qui est le nôtre. A tordre.
Le chauffage dans la chambre ne fonctionne pas. Par contre le sèche-cheveux aura, ce soir là, bien fonctionné. Repas bien ordinaire avec un vin tout aussi ordinaire. Avant de nous coucher, je demande et obtiens un tas de journaux afin d’absorber l’humidité des chaussures pendant la nuit. La hanche d’Odile va mieux.

www.hotel-le-cours.com
Nous avons payé Euros 63.40, petit déjeuners compris