Jarilla – Bejar

Petit déjeuner en compagnie de Mr Jacky. Nous saluerons les pèlerines lors de notre départ, un peu plus tard, à 8h15. Elles sont encore à table.
Nous ne rejoindrons pas le chemin où nous l’avons laissé. Un dernier coup d’oeil à notre thébaïde d’un soir.

 

DSC07148
En parallèle au Chemin, nous suivrons la route, même si, de temps en temps, nous le retrouvons.
De la route, nous surplombons le Camino, à cet endroit, contents de ne pas avoir à franchir cet arroyo..

DSC07149

Donc, nous suivons la N630 vers le Nord, le Chemin suivant, aussi, en parallèle, la N630 et même parfois se confondant avec elle.
Allons au plus court !
Plus court, peut-être, mais pénible oui. Cette route, depuis notre départ, ne cesse de monter. Le balisage devient compliqué et la lecture du guide ne nous apporte rien. La construction de l’autoroute a bien bouleversé les repères.
Continuons sur la N630. Nous découvrons cette plaque montrant le parcours de la voie romaine de la Plata,

DSC07151

traversons Aldenueva del Camino, village étape du Camino avec son joli petit pont moyen-âgeux en arc.

DSC07150

 

DSC07152

DSC07153

 

DSC07155

Achetons le casse-croûte dans une petite épicerie proche du pont et continuons à la sortie du village pour nous arrêter et y manger quelques gâteaux. Il fait plutôt frais car le vent d sud s’est levé et, curieusement, il est aussi froid que celui du Nord.
Le village est totalement désert, il est midi.
Au rond point de l’autoroute, nous continuerons vers Baños de Montemayor, laissant à droite la route vers Hervàs.
Là, nous marcherons sur le bas-côté de la route mais le trafic est modeste.
Nous entrerons dans le bourg de Baños de Montemayor par la voie romaine, belle pente, puis irons nous installer sur un banc, à l’abri du vent pour « déjeuner ».

DSC07161
Quelques dizaines de mètres en dessous de notre banc, un « authentique graveur romain » est en train de préparer quelques bornes miliaires d’époque qui orneront bientôt le Chemin dans le village..

DSC07163 Achat d’une bouteille d’eau dans le bourg et nous attaquons la « calzada reconstituée ». Belle pente aussi avec de jolies vues sur le patelin en arrière, avec au fond la retenue d’eau de la vallée de l’Ambroz.DSC07168

 

 

 

 

DSC07169
Puis, nous sortirons d’Extremadura, que nous avons traversé du Sud au Nord et entrerons en Castille avant d’arriver au pied de Puerto de Bejar où nous attendrons le bus pour Béjar.

DSC07171
Difficile de trouver l’arrêt du bus. Accueil « frais » dans le bistrot Adriano qui se trouve en face du dit arrêt, bistrot tenu par une octogénaire qui, je l’imagine, doit souvent répondre à la même question depuis le temps qu’elle est là.

DSC07173
Nous attendons, prêts à patienter les quasi deux heures qui sont devant nous. Le stop ne marche pas, le rare trafic préférant ignorer ces voyageurs à sac à dos. Assis depuis un bon moment sur le bord de la route, nous voyons, un peu plus haut arriver Jacky, qui, après un moment d’hésitation, vient nous rejoindre. Il s’assied avec nous pour se reposer un peu et nous échangeons des histoires de pèlerins pendant quelques minutes car, soudain, un bus non prévu se profile sur la route. Au dernier moment, dans le doute, je fais un signe au chauffeur qui s’arrête rapidement. Au revoir Jacky, en catastrophe… et nous voici dans le bus pour Bejar qui n’est qu’à dix kms plus bas.
Le bus ne s’arrête même pas à Cantagallo (Chante coq) et nous voila à Bejar. Pas très joli comme ville. L’office du Tourisme fermé bien sûr a laissé en vitrine un plan de la ville que je peux consulter et y identifier l’adresse de notre hôtel. Oui, c’est bien de la neige qui orne les sommets !

DSC07174
Il faut traverser la ville d’est en ouest pour arriver dans la partie la plus ancienne qui, elle, n’est pas dépourvue de charme.

DSC07175
Nous nous installerons, effectuerons notre routine quotidienne de soins, lessive et détente, puis ressortirons pour acheter les ingrédients du repas de lendemain midi Il fait vraiment très frais. Le vent est insistant et désagréable.
Notre halte pour ce soir est très accueillante et confortable. Dîner à 12 € vin compris comme sur le Camino.
C’est l’Hospederia Real de Bejar, photo prise de face sur la place.

 

DSC07176
La nuit sera tranquille.

www.hospederiarealdebejar.com