Galisteo – Jarilla

Lever de bonne heure. Le patron est au bar et nous prépare les cafés et tostadas règlementaires. Nous réglons la note de l’étape. Total 47 euros.
Puis nous montons aux remparts et redescendons de l’autre côté. En route pour Carcaboso. Nous franchirons le pont du 16ème siècle sur le Jerte et ne quittterons pas la petite route jusqu’à Carcaboso. La brume est dense à la sortie de Galisteo mais se lève à proximité d’Aldehuela del Jerte. Parcours sur route ne présentant guère d’intérêt.

A Carcaboso, nous irons saluer l’église de Santiago, fermée à cette heure matinale.

DSC07121
Nous irons prendre un nouveau petit déjeuner au bar d’Elena, dame bien connue des pèlerins de cette Via de la Plata.

 

DSC07122
Elle nous sert nos cafés et nous donne quatre oeufs durs. Je paie les cafés mais elle ne veut absolument pas que je paie les oeufs. D’autres pèlerins rencontrés plus tard ont aussi reçu leurs oeufs. Quelle générosité.
Nous saluons deux pèlerines, l’une belge et l’autre allemande (Nimègue -Pays-Bas- et Francfort) en partant et continuons notre route, après que dame Elena soit sortie sur le trottoir nous indiquer le chemin à prendre. Bises à la pèlerine et salut au pèlerin. Quel accueil ! Cela ne m’étonne pas qu’Elena soit si connue et appréciée.
La traversée et la sortie de Carcaboso sont vraiment sympa. Chemin blanc bien tranquille. Un dernier coup d’oeil à Carcaboso.

DSC07125

 

DSC07126

DSC07128
Prairies dont nous longeons les murets avec quantité de champs détrempés et d’arroyos qui nous obligent à effectuer des sondages et détours afin de ne pas nous déchausser ou tout simplement nous tremper les chaussures. C’est vraiment très beau. Les points « mouillés » des prés sont identifiables par la présence de milliers de petites fleurs blanches ce qui signifie « détour » pour le pèlerins ou bien « contournement ».

 

 

DSC07134
Nous continuons de suivre le muret, tantôt à gauche, tantôt à droite et arriverons à la route reliant Santibañez el Bajo à Plasencia, route que nous traverserons à l’entrée de la ferme de Venta Quemada.

 

DSC07135
On sent que l’on s’approche d’un lieu touristique car nous ne traversons plus les arroyos à gué (ou pieds nus) mais sur des cubes « hitos ».

 

DSC07137
Depuis Venta Quemada jusqu’à l’Arco de Caparra, nous en passerons trois ou quatre.

 

DSC07139

 

DSC07140

 

DSC07141

 

DSC07142

Cette photo a été prise sur le Camino passant sous l’Arc, la partie derrière le grillage étant zone de fouilles.

Nous arriverons à 13h45 à l’Arc, en avance sur le rendez vous que nous avons pris avec la voiture de l’hôtel Asturias qui viendra nous prendre à 14h30. Les pèlerines vues ce matin à Carcaboso seront du voyage aussi.
Au cas où, nous avons identifié ce vêtement laissé sur une pierre, juste après l’Arc de Caparra. Il est accompagné d’une carte de visite d’un taxi de Galisteo.

 

DSC07147

La voiture arrive à 15h00. Mercedes Vito grenat, flambant neuf. Le chauffeur nous parle du Camino, de l’endroit où le rejoindre demain matin, etc.. tout en nous amenant à notre étape pour ce soir.
L’accueil est vraiment chaleureux. Ils savent que nous sommes fatigués et ne perdent pas de temps pour la paperasse. Nous filons dans notre chambre qui a vue sur le parking des camions mais est au soleil, point important quand on parle de séchage de lessive…
Nous redescendons pour déjeuner.. à 15h50 ! Nul besoin de dire que la cuisinière va au plus pressé. Et sert ce qui lui fera gagner du temps car elle finit son service à 16h00. Le repas au menu pèlerin ne nous laissera pas de souvenir grandiose.
Nous dînerons, au même menu, à 20h. Là, la cuisinière a le temps et la soupe et la truite seront dévorées en un clin d’oeil.
En attendant, nous installerons, à l’extérieur, sous un auvent, une table et des chaises et profiterons du soleil en attendant le repas. Nous dînons avec les deux pèlerines qui dorment à l’hôtel ainsi qu’avec un sympathique pèlerin français de Sète, Jacky, qui vient de nous rejoindre. A 22h, nous irons nous dormir quand les routiers commencent à s’arrêter pour dîner.
La nuit sera calme. Le vitrage isolant a joué son rôle et nous découvrirons, au petit matin, le parking rempli de camions qui ont « dormi » là.

 

http://www.hostalasturias.es/