Buonconvento – Bagno Vignoni

La nuit sera tranquille. Nous serons les premiers au petit déjeuner. Le temps est beau et un peu frais, temps idéal pour cheminer.

Nous sortirons de la ville en direction de San Quirico d’Orcia en longeant la Via Cassia. Lors de la préparation du cheminement, j’ai longtemps hésité à prendre un transport en commun pour effectuer les sept kilomètres reliant Buonconvento à Torrenieri car le guide montrait qu’il fallait suivre cette route nationale bien (trop) fréquentée. C’était, d’ailleurs, le sujet de ma tentative de conversation, sur le banc, avec les grand-pères, la veille, en fin de journée. Il aura fallu prendre un bus à 8h00, en ce dimanche matin, qui nous aurait, certes, évité les sept kilomètres mais déséquilibré notre étape du jour.
Comme dit, c’est dimanche, nous parions que le trafic sera léger. Sommes toutes, cela s’est plutôt bien passé.
Nous avons pressé le pas, un peu plus vite que d’habitude, fait attention lors des virages sans visibilité et marché à presque six kilomètres/heure.
A la sortie de Buonconvento, nous avons rencontré notre premier repère de distance : plus que 200 kms.

 

4572

puis un autre, sur une maison « cantoniere » qui nous a rappelé celles que nous avions photographiées plus au nord, en Ligurie.

 

4574

Un dernier regard sur Buonconvento,

 

4575

et nous continuons à progresser, comme dit plus haut, sans trop de difficultés, heureusement.
Notre guide nous dit, qu’à droite, à côté d’un transformateur, il y a un chemin qui permet de longer la Cassia sans en avoir les nuisances. Il est sûrement trop tôt, ou bien la lecture de la page du guide (écrit en italien) a été faite « en diagonale », résultat, nous ne voyons pas l’embranchement en question et continuons sur la route qui, à cet endroit, s’élargit considérablement mais monte d’une façon bien marquée. Cela ne rallonge pas puisqu’à un moment, sur la droite, nous apercevons le chemin « manqué » mais trop en contrebas pour le rejoindre. Le bas côté est très large, donc nous montons en sécurité ou presque. Arrivés en haut, un tunnel continue vers le sud et le village de Torrenieri est sur la droite. Nous le rejoindrons en suivant la bretelle de sortie de la voie rapide sur laquelle nous nous trouvions.

 

4577

Nous traverserons le village de Torrenieri qui se prépare à aller à la messe. Un peu de repos devant l’église Sainte Marie Madeleine, sur le banc au soleil, regardant les ouailles du curé entrer dans l’église pour l’office. Je demande au curé s’il peut me tamponner les créanciales. Désolé, il n’a même pas de timbre pour cela. Curieux, car d’après ce qui est gravé sur le fronton de l’église, cette dernière semble être la « madona patrona » de la Via Francigena. Et, de plus, quasiment à l’entrée de l’église, se trouve un magnifique panneau marron indiquant le chemin…

Pas de souci. Ce sera ailleurs que nous aurons notre timbre. Nous franchissons la voie ferrée et montons sur la route, croisant les carabiniers qui « patrouillent » en grande tenue et gants blancs, sur la « vieille » Cassia qui est bien déserte. En fait, la voie rapide que nous avons laissée avant le village continue en ligne droite ou presque dans la campagne alors que notre « vieille » Cassia, monte et descend dans la campagne siennoise.

 

4581

Pas d’autos et il fait beau.

San Quirico nous attend, à distance,

4583

Le village est tout en longueur, entrée par la porte de Sienne, sortie par la porte de Rome. Vocazione viaria, dit le guide.

 

4588

Il y a nombre de bâtiments anciens et bien restaurés.

4585

4586

Nous déjeunerons, après valse hésitation, compte tenu du nombre de touristes en ville, dans un restaurant qui semble bien calme. Nous comprendrons le « prix » du calme lors de l’addition….même si notre repas aura été simple, et arrosé d’un seul verre de vin, excellent par ailleurs.

Il faut reprendre le sac et notre chemin. Nous devons rejoindre Vignoni Alto, village quasi vide mais plein de charme pour descendre vers Bagni Vignoni où se trouve notre halte de ce soir. C’est un chemin blanc qui nous conduira à Vignoni Alto. A l’entrée, une belle tour et, deux cent mètres plus loin, à l’opposé donc, une belle église romane San Biagio, dominant la vallée.

 

4590

Belle et longue descente,

 

4592

et nous voici à Bagno Vignoni. Au coeur du petit village, très fréquenté par les touristes et promeneurs en ce beau dimanche d’automne, se trouve une « place d’eau » qui se compose d’un plan assez vaste d’eau alimenté par des sources chaudes.

4594
L’histoire thermale est bien présente par des restes de thermes romains encore alimentés par de l’eau chaude. Sainte Catherine de Sienne, dit-on, serait venue à plusieurs reprises en ces lieux et, à côté de cette place d’eau, une chapelle lui est dédiée.

Nous trouvons le restaurant tenu par la dame chez qui nous devons dormir mais, surprise, elle nous apprend que la chambre se trouve dans sa maison et non pas à l’endroit où nous venons d’arriver. Il nous faut sortir du village, descendre sur la Cassia, la vraie cette fois-ci, pas l’ancienne, et marcher sur le bord de la route pendant presque deux kilomètres, pour rejoindre la maison d’hôtes.

Deuxième étape très agréable, au calme, sauf les deux derniers kilomètres à cause du trafic de retour des voitures vers Sienne, en cette fin de journée de dimanche.

Nous nous installerons dans une chambre plutôt confortable dans une vieille maison toscane qui se nomme San Buonaventura (€80)

4596

Compte tenu de la distance, à effectuer pour aller et revenir de dîner, notre hôtesse, nous mènera et ramènera ce soir. Bon moyen de conserver une clientèle captive et, pour nous, de ne pas plus nous fatiguer. Nous dînerons simplement mais de bon appétit.

Les jambes tirent un peu, c’est normal pour le deuxième jour…

 

http://www.bed-and-breakfast.it/it/toscana/san-buonaventura-san-quirico-d-orcia/35891