Vado Ligure – Genova Voltri

Toujours plus loin, vers le nord-est. Ce matin, désireux d’éviter la traversée de la zone industrielle et de la ville de Savona, nous irons à Albissola superiore garer la voiture devant la gare. Nous y reviendrons, une fois notre étape accomplie, c’est à dire une fois Gênes (Voltri) atteinte, par le train.
Donc, même rituel que pour l’étape précédente. Lever tôt, autoroute et nous voici descendant vers le bord de mer à 8h25. En fait, nous partirons en diagonale plutôt que directement vers la mer.
De quoi nous donner le moral quant aux kilomètres qui restent à faire !

2392

Nos zig-zag, sans que nous la cherchions d’ailleurs, nous amènerons vers la SS1 qui nous fera sortir de l’agglomération par un

2393
et nous amener sur le bord de mer où, surprise, nous trouverons ou plutôt nous retrouverons les flèches Rome-Santiago que nous avons perdues, il y a quelques étapes en arrière, à la sortie de San Remo.
Autre bonne surprise, et il y en aura d’autres, l’espace réservé aux piétons est large et bien isolé du trafic. Il fait grand beau et presque tiède.

2396

2397

Le pas est vaillant et ainsi, nous arrivons à Celle Ligure, jolie petite bourgade de bord de mer où le retrait des installations ferroviaires a permis de réhabiliter le bord de mer et y installer à la place un joli lungomare que nous suivons avec bonheur et toujours sans voitures.

2402

2405

Et l’on avance vers le nord est toujours du même pas pour atteindre Varazze, station chic, où l’office du tourisme, en ce jour de Sant’ Ambrogio, est fermé.

2411

Tant pis pour notre tampon sur la créanciale.
Nous traverserons Varazze par la rue centrale, parallèle à la mer, isolée du trafic automobile et admirerons de belles façades peintes ou décorées de belles frises.

2414

2415

2416

Nous nous arrêterons sur un banc au soleil pour nous sustenter d’un casse-croûte préparé à la maison suivi d’une pomme. Et nous repartons.
Toujours le bord de mer, isolés du trafic. A la sortie de la ville, nous trouvons cette belle promenade qui remplace les voies du chemin de fer et qui est en plein aménagement.

2421

Que du bonheur, pas mal de promeneurs en ce samedi matin, mais pas d’autos et la mer à droite qui brille sous le soleil. Nous suivrons cette voie au calme jusqu’à Cogoleto, nous amusant de la traversée des nombreux tunnels, sécurisés ceux-là.

 

2424

2430

A gauche, Rome, à droite Santiago. Que signifie le M ? Mystère.

2431

 

2432

A l’entrée de Cogoleto,

2436
au lieu de suivre à droite la SS1, nous la traversons pour suivre une petite route, en face, qui longe le chemin de fer après avoir passé un tunnel (encore) et, tout droit toujours, rejoint le bord de mer, quasiment à la sortie de Cogoleto. Nous avons gagné quatre cents mètres !

2326
Là, après une petite pause, nous continuons notre marche vers Arenzano dont nous suivrons aussi le lungomare. La marche hors de la ville se fera sur le trottoir, bien aménagé, là aussi, à l’abri des nuisances des autos, finalement peu nombreuses en ce jour de fête italienne et plutôt milanaise.

2438

 

2441

Il n’y a plus de train, désormais, et les pèlerins en profitent…

2442

2443

2444

2445

Nous re-voilà à la lumière du jour !

 

2446

2449

Et de continuer en direction de la grande ville, hôtesse de la dépression du même nom, dépression qui, aujourd’hui semble être allée ailleurs !

 

2451

2455

Nous progressons….et pouvons suivre cette progression par les maisons cantonières.

2456

Nous atteindrons notre point de destination Voltri, situé à l’ouest de Gênes, à 13h50, toujours sous le soleil.

 

2463

Tiens, déjà la sortie ? Non, c’est le panneau au dos du premier

 

2464

La ville est déserte.

2467

Nous devons trouver, d’abord la gare puis un endroit pour faire tamponner nos créanciales.
Pourquoi pas dans ce bar qui vend des glaces ? En fait, le présentoir de glaces ne nous emballe guère et nous ressortons pour entrer… chez les carabiniers qui nous tamponnerons gentiment nos documents après une légère hésitation (tampon officiel sur un document qui ne l’est pas ?).
A la gare, que nous avons cherché de l’autre côté de Voltri, avant d’être remis sur le bon chemin par une charmante Gênoise, nous achèterons au distributeur nos billets pour le retour, le guichet étant fermé pour cause de jour de fête.

Ciao, à bientôt pour la suite de la pérégrination. Ciao Voltri !

 

2469

A 14h50, nous regagnerons la voiture pour rentrer à Eze.

Voila, nous avons effectué la première grosse partie de notre marche, de la maison à Gênes. Certes, Voltri n’est pas le centre de Gênes, mais nous ne voulons pas, au même titre que nous l’avons fait à Bilbao et à Léon, traverser les zones industrielles et commerçantes qui entourent les grandes agglomérations. C’est notre choix !
Nous repartirons donc de Nervi ou de Bogliasco, arrivés par le train, marcherons quelques heures vers Recco et de là, le lendemain, retrouverons la marche au long cours car, si tout va bien, nous ne rentrerons à la maison que par avion, de Rome ! Nous n’en sommes pas encore là mais y pensons fortement !
Ciao !